La Verge Noire

La verge noireMEMOIRE DU TEMPS

La Verge Noire

ELP Editeur – 2015

 

Moi qui ne lis jamais de SF, j’ai eu envie d’essayer cette petite novella de Mémoire du Temps, publié chez ELP Editeur, éditeur numérique francophone. Et je dois dire que je me suis bien amusée.

Pas que le sujet soit drôle, non. Imanio et Imania, deux habitants de la planète La Verge Noire, débarquent à la cathédrale de Reims pour rencontrer le roi Charles VII. Or l’histoire se joue en 2016. Il faut dire que leur connaissance de l’histoire de notre monde est assez embrouillée, leurs repères chronologiques sont flous. Lech, le vicaire de la cathédrale, n’est pas effrayé par ces individus qui ont revêtu forme humaine pour venir sur Terre. A leur demande, il organise une rencontre au Palais de l’Elysée où, à défaut d’un roi, ils vont tenter de parler au Président de la République. Leur mission ? En tant qu’huissiers mandatés par les PLM (comprenez Planètes à Loyer Modéré) d’Orion, ils viennent sur Terre officialiser l’avis d’expulsion des Terriens. Ni plus, ni moins.

C’est ainsi que le Conseiller du Président aux Nations Unies va rencontrer ces étranges visiteurs et leur robot vivant HAL, qui est le seul de toute l’assemblée qui semble posséder un cœur.

Ce court roman permet à Mémoire du Temps de rappeler les fragilités de notre écosystème et les catastrophes engendrées par l’appât du gain, mauvais conseiller des décideurs depuis la nuit des temps. Destruction d’espèces, épuisement de l’énergie fossile, libéralisme sauvage, haine raciale… les reproches faits à nos dirigeants sont légion. Pour Mémoire du Temps, un point de non-retour est en train d’être atteint.

Tout en ouvrant le débat sur des sujets géopolitiques essentiels, l’auteur imagine des technologies évoluées dont seraient dotés les habitants de la Verge Noire ainsi que les robots vivants dont les extraterrestres n’ont encore compris ni le contexte de la naissance, ni celui de la mort. Elle décrit des procédés énergétiques novateurs pour remplacer le pétrole. Le tout développé par des individus qui suivent l’évolution de la Terre depuis des millions d’années.

La science fiction permet d’évoquer certains sujets plus facilement que dans un style plus classique. La Verge Noire en est une excellente illustration. Je me suis bien divertie en lisant ce roman. L’accusation de nos sociétés occidentales est implacable, mais le ton décalé, humoristique. Même HAL, le robot amoureux, ne s’y trompe pas. Il reste de l’espoir sur la planète bleue. L’humanité peut encore être sauvée.

Un petit livre divertissant, de parfaite actualité en cette fin de COP21.

=> Quelques mots sur l’auteur Mémoire du Temps

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s