Bakhita

Véronique Olmi

Bakhita

Editions Albin Michel – 2017

 

Dans son dernier roman, Véronique Olmi met en scène Bakhita, une femme soudanaise que son incroyable destin a fait passer de situation d’esclave à religieuse dans l’ordre des Sœurs canossiennes en Italie. Née en 1869 au Darfour, elle décèdera en 1947 à Schio, en Italie.

Le résumé de la quatrième de couverture ne laisse place à aucun suspens. Tout est dit en quelques lignes. C’est l’écriture de Véronique Olmi qui donne sa force à cette biographie romancée. L’histoire de Bakhita et de milliers de ses sœurs et frères est atroce. Un lecteur d’aujourd’hui ne peut trouver d’excuse ni à l’époque, ni au continent africain, et tourner les pages avec indifférence. Bakhita est une des rares personnes à être miraculeusement sauvée.

Véronique Olmi profite de la destinée de la jeune femme pour comparer les injustices africaines et italiennes. Car d’une certaine façon, les paysans d’Italie sont autant esclaves d’un système que les villageois du Darfour. Elle enfonce le clou, même si Bakhita assiste à ces événements dans sa vieillesse, en évoquant l’ordre que reçoit son pays d’adoption, celui qui l’a sauvée et affranchie, de devenir à son tour négrier et envahir l’Ethiopie en 1935. Quel terrible conclusion !

Pourquoi ce livre est-il magnifique ? Parce que Véronique Olmi, dans un style volontairement haché comme l’est le mélange de dialectes soudanais, turc, arabe et vénitien à travers lequel la religieuse tente de se faire comprendre, a écrit un récit implacable. A l’instar de Marcus Malte dans Le garçon (Zulma, 2016), elle décrit le monde à travers les yeux candides par moments, doux par d’autres, non violents toujours, d’une femme dont la vie bascule à l’âge de sept ans et qui toute son existence gardera en elle des étincelles de sa première culture même lorsqu’elle aura oublié tout le reste. La mémoire africaine se transmet oralement. C’est ce que Bakhita, dépossédée jusqu’à sa langue natale, va tenter plusieurs années durant sur ordre de sa hiérarchie, esclavagiste ou religieuse. Raconter l’indicible sans la capacité de le comprendre, ni les mots pour pouvoir l’exprimer, voilà la force de ce roman.

Du coup, le dernier tiers du roman est moins puissant que les deux premiers. Bakhita ne sera jamais sauvée tout à fait. Ses séquelles physiques sont indélébiles et sa peur de l’inconnu viscérale. Mais dès lors qu’elle apprend suffisamment de vocabulaire pour pouvoir communiquer, ne serait-ce qu’avec les enfants, son regard sur le monde devient plus pointu. Du coup, le contraste entre les mots de l’écrivaine et les situations que traverse l’héroïne sont moins vif. Lorsque Bakhita intègre l’ordre religieux, l’histoire, plus apaisée, traîne un peu en longueur.

Véronique Olmi évoque la montée en puissance du Duce et le fanatisme racial qui en découle, mais de manière trop sporadique par rapport à l’importance intrinsèque du sujet, probablement car cette question est loin des préoccupations de l’héroïne. Et comme le style d’écriture du roman est jusque-là modelé sur le niveau de compréhension des événements par le personnage principal, il perd de sa force sur la fin du roman.

Mais ne vous attardez pas à ces dernières critiques, qui finalement s’effacent devant la beauté globale du texte. Je me suis régalée malgré la lecture douloureuse et j’espère que vous apprécierez ce roman autant que moi.

=> Quelques mots sur l’auteur Véronique Olmi

La Verge Noire

La verge noireMEMOIRE DU TEMPS

La Verge Noire

ELP Editeur – 2015

 

Moi qui ne lis jamais de SF, j’ai eu envie d’essayer cette petite novella de Mémoire du Temps, publié chez ELP Editeur, éditeur numérique francophone. Et je dois dire que je me suis bien amusée.

Pas que le sujet soit drôle, non. Imanio et Imania, deux habitants de la planète La Verge Noire, débarquent à la cathédrale de Reims pour rencontrer le roi Charles VII. Or l’histoire se joue en 2016. Il faut dire que leur connaissance de l’histoire de notre monde est assez embrouillée, leurs repères chronologiques sont flous. Lech, le vicaire de la cathédrale, n’est pas effrayé par ces individus qui ont revêtu forme humaine pour venir sur Terre. A leur demande, il organise une rencontre au Palais de l’Elysée où, à défaut d’un roi, ils vont tenter de parler au Président de la République. Leur mission ? En tant qu’huissiers mandatés par les PLM (comprenez Planètes à Loyer Modéré) d’Orion, ils viennent sur Terre officialiser l’avis d’expulsion des Terriens. Ni plus, ni moins.

C’est ainsi que le Conseiller du Président aux Nations Unies va rencontrer ces étranges visiteurs et leur robot vivant HAL, qui est le seul de toute l’assemblée qui semble posséder un cœur.

Ce court roman permet à Mémoire du Temps de rappeler les fragilités de notre écosystème et les catastrophes engendrées par l’appât du gain, mauvais conseiller des décideurs depuis la nuit des temps. Destruction d’espèces, épuisement de l’énergie fossile, libéralisme sauvage, haine raciale… les reproches faits à nos dirigeants sont légion. Pour Mémoire du Temps, un point de non-retour est en train d’être atteint.

Tout en ouvrant le débat sur des sujets géopolitiques essentiels, l’auteur imagine des technologies évoluées dont seraient dotés les habitants de la Verge Noire ainsi que les robots vivants dont les extraterrestres n’ont encore compris ni le contexte de la naissance, ni celui de la mort. Elle décrit des procédés énergétiques novateurs pour remplacer le pétrole. Le tout développé par des individus qui suivent l’évolution de la Terre depuis des millions d’années.

La science fiction permet d’évoquer certains sujets plus facilement que dans un style plus classique. La Verge Noire en est une excellente illustration. Je me suis bien divertie en lisant ce roman. L’accusation de nos sociétés occidentales est implacable, mais le ton décalé, humoristique. Même HAL, le robot amoureux, ne s’y trompe pas. Il reste de l’espoir sur la planète bleue. L’humanité peut encore être sauvée.

Un petit livre divertissant, de parfaite actualité en cette fin de COP21.

=> Quelques mots sur l’auteur Mémoire du Temps