Mes souvenirs de Jane Austen

mes-souvenirs-de-jane-austenJames Edward Austen-Leigh

Traducteur : Guillaume Villeneuve

Mes souvenirs de Jane Austen

Editions Bartillat – 2016 (première publication anglaise – 1869)

 

Ma passion pour les romans de Jane Austen ne va pas jusqu’à dévorer toutes les biographies qui ont pu être écrites sur elle. Celle-ci est la toute première que je lis ; il se trouve qu’elle est assez remarquable pour mériter qu’on s’y arrête.

Tout d’abord, elle est écrite par un homme. Du vivant de Jane Austen et dans le demi-siècle qui a suivi, contrairement à aujourd‘hui, ses admirateurs étaient autant des hommes que des femmes. Le Prince-Régent en 1815 (le futur roi George IV), lui fait même transmettre le message qu’il « admirait beaucoup ses romans ; qu’il les lisait souvent et en gardait une collection dans chacune de ses résidences ». Certains critiques de l’époque, comme l’archevêque Whately (1787-1863) ou Lord Macaulay (1800-1859) ont expliqué « pourquoi la plus haute place doit être attribuée à Jane Austen, en tant que dessinatrice fidèle de caractère, et pourquoi on doit la classer parmi ceux qui ont le plus approché, à cet égard, le grand maître Shakespeare ». Austen comparée à Shakespeare… Ceux d’entre vous qui n’avez rien lu d’elle, il n’est pas trop tard !

James Edward Austen-Leigh est un neveu de Jane Austen, le fils de son frère aîné James. Premier biographe de la romancière, il l’a connue intimement dans sa jeunesse : il avait dix-neuf ans à son décès. Son texte est de ce fait empli d’une réelle sensibilité et d’une grande retenue. Il annonce d’emblée qu’il ne dévoilera rien de l’intimité familiale ; il met au contraire l’accent sur la discrétion de la famille Austen, tout comme sur la modestie et la réserve de l’écrivain, qui n’avait de liens qu’avec sa famille et ses amis proches.

Le texte est articulé autour de la vie de la romancière, des personnalités qui l’ont admirée, des critiques positives mais également négatives qui ont pu paraître de son vivant et surtout, très attendu certainement par la plupart des amateurs de ses romans, du contexte des créations d’Austen et d’une analyse de quelques-uns des personnages mythiques qu’elle a laissés aux générations futures. Quelques merveilleux plaisirs austéniens ont une belle place dans cette biographie : James Edward Austen-Leigh a intégré des lettres de Jane dans son essai, lettres introduites et expliquées. Il dévoile également ce que, dans l’esprit de sa tante, deviendront plusieurs de ses personnages secondaires après la fin de ses romans (Miss Steele, Kitty et Mary Bennet, Mr Woodhouse…). Cerise sur le gâteau, il intègre à son ouvrage une première version de la fin de Persuasion, ainsi que quelques échantillons d’un roman commencé et jamais achevé. Que des régals pour le lecteur !

Il fait de nombreuses allusions aux romans de Jane Austen et effectue une analyse tout à fait contemporaine de la perception qu’ont les lecteurs de ses personnages « les Dashwood et les Bennet, les Bertram et les Woodhouse, les Thorpe et les Musgrove, devenus des hôtes familiers au coin du feu de tant de familles, où ils sont aussi personnellement connus que s’ils étaient des voisins de chair ! » Il est sans doute préférable d’avoir lu quelques romans de l’écrivain pour apprécier pleinement cet ouvrage.

James Edward Austen-Leigh ne pouvait pas deviner l’emprise que l’œuvre de sa tante aurait sur les générations du XX° et du XXI° siècle. Il semble que l’intérêt des lecteurs ait évolué, cependant. Austen a souhaité décrire la vie réelle et « la supériorité des principes nobles sur les bas, celle de la magnanimité sur la pusillanimité », ce qui ne correspond pas aux attentes de la majorité des lecteurs, je devrais dire des lectrices d’aujourd’hui. La lectrice moyenne du XXI° siècle est en quête de romantisme exacerbé dans les intrigues amoureuses d’Austen, ce qui, je pense, n’est pas l’intérêt premier d’Orgueil et préjugés et des cinq autres romans. Lire cette biographie permettra sans doute de replacer les œuvres de la romancière dans le registre souhaité par l’auteur.

=> Quelques mots sur l’auteur James Edward Austen-Leigh

Publicités

5 réflexions sur “Mes souvenirs de Jane Austen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s