Les mains bleues

Les mains bleuesCollectif d’auteurs et Christophe Martin

Les mains bleues

Editions Sansonnet – 2001

 

L’usine Levi Strauss de La Bassée (Nord) a fermé ses portes le 12 mars 1999. 541 salariés sont licenciés. Un an plus tard, Christophe Martin, scénariste, contacte les ouvrières et leur propose de participer à un atelier d’écriture. Sous son animation, elles pourront raconter leur usine et leur vie, dans des textes qui seront transposés au théâtre par la suite. 25 anciennes ouvrières se prêtent au jeu.

Les mains bleues est l’admirable fruit de ce travail. Ce petit recueil d’une centaine de pages se déguste, littéralement. Dans une retenue pleine de dignité, les couturières racontent leur quotidien, les dures journées de travail, la rémunération à la tâche, les contredames, les amitiés, les connivences, le racisme et bien d’autres choses encore. Ces femmes qui ne se savaient pas écrivains ont produit une véritable anthologie du monde du travail. Derrière les mots, on entend tourner les machines, piquer les aiguilles, grincer les articulations douloureuses.

Les mains bleues donnent à réfléchir sur les conditions de travail et de vie des couturières. Femmes actives, épouses et mères, elles sont sur tous les fronts. Si les machines d’aujourd’hui sont plus sécures que celles d’hier, les risques professionnels restent toujours aussi nombreux. L’emploi se fragilise.

Un film a été tiré de leur histoire (Olivia Burton, 2001).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s