Mémoires de porc-épic

mémoires de porc-épicAlain MABANCKOU

Mémoires de porc-épic

Editions du Seuil – 2006

 

Si vous ne connaissez pas la vie des porc-épic, c’est le moment de combler vos lacunes. Alain Mabanckou vous fera découvrir une facette peu ordinaire de ces mammifères.

Le porc-épic de Kibandi n’est pas n’importe qui. Il s’agit de son double nuisible. Vous ne savez pas ce qu’est un double nuisible ? Alors de deux choses l’une. Soit vous êtes un blanc et les blancs sont connus pour ne pas prendre au sérieux la vie africaine, soit vous êtes un noir qui a vécu en Europe et là c’est encore pire, car vous avez désappris la vie africaine. Posez donc les livres de blancs et retrouvez l’authenticité de l’Afrique à travers ce conte congolais raconté par un porc-épic à son ami le baobab.

Il est impossible de poser ce livre une fois commencé. D’une part parce qu’Alain Mabanckou a fait la grève des majuscules et des points dans son manuscrit, pour mieux traduire la logorrhée du porc-épic. D’autre part parce que le récit est vivant, haletant, humoristique, d’une grande fraîcheur enfin, surprenante si l’on se rappelle qu’il évoque les meurtres perpétrés par Kibandi de son vivant. Une petite centaine, rien que ça.

Alain Mabanckou a signé avec ce roman un livre d’une grande sensibilité. On en oublie d’être cartésien. La magie devient une évidence. Notre logique de blanc vole en éclat, et c’est avec délice qu’on accepte cette nouvelle règle de jeu.

Mémoires de porc-épic a été couronné du Prix Renaudot 2006.

quand le jour se levait [amédée] s’asseyait au pied d’un arbre, lisait des livres épais écrits en tout petit, pour la plupart des romans, oh tu n’as à coup sûr jamais vu un roman, personne n’est venu peut-être en lire un à ton pied, tu n’auras rien perdu, mon cher Baobab, mais pour simplifier les choses et ne pas te polluer l’esprit, je dirai que les romans sont des livres que les hommes écrivent dans le but de raconter des choses qui ne sont pas vraies, ils prétendent que ça vient de leur imagination, il y en a parmi ces romanciers qui vendraient leur mère ou leur père pour me voler mon destin de porc-épic, ils s’en inspireraient, écriraient une histoire dans laquelle je n’aurais pas toujours le meilleur rôle et passerais pour un anomal aux mauvaises mœurs

=> Quelques mots sur l’auteur Alain Mabanckou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s