Sauve qui peut la vie

Sauve qui peut la vieNicole LAPIERRE

Sauve qui peut la vie

La librairie du XXI° siècle, Éditions du Seuil, 2015

 

Nicole Lapierre, sociologue, est une spécialiste de la mémoire juive. Elle y a déjà consacré plusieurs ouvrages : Changer de nom (2006), La transmission du judaïsme dans les couples mixtes (2009), Causes communes : des Juifs et des Noirs (2011)… Ce n’est pas un nouveau regard sur cette thématique que promet la quatrième de couverture de Sauve qui peut la vie : Nicole Lapierre y évoque la cascade de suicides au sein de sa propre famille et sa décision d’enrayer ce qui ressemble à de la fatalité. Pourtant, comme le récit le montrera, c’est bien la mémoire juive qui est au cœur de ce nouvel essai.

Dans les premiers chapitres du document, j’ai eu du mal à comprendre où voulait en venir l’auteur. Elle aborde les disparitions tragiques de sa grand-mère, de sa sœur et de sa mère, puis présente en détails sa généalogie familiale ; je me suis rapidement perdue au milieu de tous les personnages.

Et soudain, au quart du récit, une première théorie. Il y aurait moins de suicides parmi les Juifs que parmi les pratiquants d’autres religions, car les Juifs se soutiennent entre eux depuis des générations. Le récit prend une tournure moins personnelle et plus scientifique. Pourquoi se suicide-t-on ? Est-ce pour une cause ou par liberté de choix ? Nicole Lapierre réembraye avec son histoire familiale, mais cette fois le regard du lecteur est plus acéré, on comprend mieux où elle veut nous entraîner.

De fil en aiguille, à travers son histoire familiale qui s’y prête admirablement, l’auteur évoque l’héritage des enfants des rescapés de la Shoah. « La question de la transmission d’une histoire familiale se posait. Or, dans ces familles juives émigrées d’Europe orientale, décimées par le nazisme, on n’évoquait pas, ou peu, la période de la guerre ou des persécutions. Nos parents avaient sans doute de multiples raisons de se taire. Dont celle de s’arracher eux-même à l’emprise de ce lourd passé. Je crois qu’ils voulaient, avant tout, nous en protéger. Ou plutôt nous en délester, afin qu’ainsi allégés nous puissions plus aisément nous intégrer dans la société. » Les descendants des rescapés ont pourtant éprouvé le besoin de sonder les profondeurs de leur histoire familiale. D’autant plus qu’en taisant le passé à leurs enfants pour les préserver, la génération des rescapés a oublié de leur raconter l’autre facette de leur sauvetage : la résistance et la vitalité qu’il leur a fallu développer pour survivre.

Sauve qui peut la vie est une hymne à la vie. Nicole Lapierre refuse catégoriquement « une conception inexorable de l’histoire, axée sur l’hérédité du malheur, les déterminations sociales implacables, les assignations identitaires, les places gardées et étroitement surveillées. » L’héritage n’a rien d’inéluctable.

=> Quelques mots sur l’auteur Nicole LAPIERRE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s