Am Stram Gram…

am stram gramM.J. ARLIDGE

Am Stram Gram…

Les Escales Noires, 2015

 

Helen Grave est commandant de police au commissariat de Southampton en Angleterre. Célibataire, carriériste, elle gravit les échelons un à un grâce à un parcours professionnel jalonné de réussites. Pourtant, Helen fréquente régulièrement un prostitué pour des rapports sadomaso dans lesquels elle tient la position de dominée.

Southampton est décrite comme une ancienne ville industrielle où les vestiges d’une activité passée sont légion. Un meurtrier en série exploite les piscines, silos et autres fosses désaffectées pour organiser des crimes des plus macabres : après avoir kidnappé deux personnes, il les séquestre ensemble et les abandonne à leur sort avec un révolver chargé d’une seule balle et un message téléphonique : « vous devez tuer pour vivre ». Rien à manger ni à boire. Retrouver le meurtrier ne sera pas une chose aisée. La mission est confiée à Helen Grace et à son équipe.

Dans Am Stram Gram…, la tension est palpable dès les premières pages. Le lecteur assiste au désarroi des prisonniers, au déroulement de l’enquête, aux doutes et aux échecs personnels de plusieurs membres de l’équipe de policiers. Helen est omniprésente. L’enquête stagne. Enfin quelques indices infimes permettent enfin aux limiers de remonter une piste. Mais les meurtres se succèdent.

Je suis restée un peu dubitative face à ce thriller. L’environnement architectural est bien décrit ; je visualise bien, grâce à M.J.Arlidge, les vestiges du passé industriel de cette ville. En revanche, les personnages sont peu crédibles. Certains d’entre eux n’apportent aucun éclairage à l’histoire, comme Jake par exemple. Si quelques trépignements de l’enquête sont utiles, je ne vois que peu d’intérêt à d’autres. Ainsi du rôle de Hannah Mickery dans l’histoire.

Le rythme impulsé par M.J.Arlidge change brusquement vers la moitié du roman. L’intrigue, bien ficelée et macabre à souhait dans la première moitié de Am Stram Gram… est vécue simultanément par les héros et les lecteurs. Dans la deuxième partie, j’ai été gênée par l’accélération brusque des évènements, le développement confus des personnages et le choix de l’auteur de manipuler le lecteur en différant sa connaissance des avancées de l’enquête par rapport à la police. L’explication finale entre Helen et le meurtrier ne m’a pas convaincue non plus, sa dimension psychologique est boiteuse.

Pour conclure, un lecteur qui aime suivre une intrigue riche en rebondissements, où histoire principale et histoires secondaires se mêlent à profusion, prendra certainement beaucoup de plaisir à ce polar. Pour moi qui me concentre beaucoup sur la crédibilité des personnages, ça n’a malheureusement pas été le cas.

=> Quelques mots sur l’auteur MJ ARLIDGE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s