Dans le secret des princes

Christine Ockrent – Alexandre de Marenches

Dans le secret des princes

Editions Stock – 1986

 

Alexandre de Marenches a été responsable du SDECE entre 1970 et 1981. Le SDECE est l’ancien nom de la DGSE, les services secrets français à l’international. Dans ce texte, ce dialogue plutôt, il se raconte et analyse la géopolitique d’un regard pointu.

J’ai hésité à lire cet ouvrage découvert dans une boîte à livres, craignant son côté obsolète. L’échange entre la journaliste et le chef des agents secrets a en effet eu lieu en 1985 ou 1986, avant la Glasnost, donc ; dès les premières pages, d’ailleurs, Alexandre de Marenches, ancien aide de camp du Colonel Juin pendant la Deuxième guerre mondiale (entre ses 20 et 25 ans), proche du Général De Gaulle, aborde la reconstruction de l’Europe en 1945 sous un angle fortement anticommuniste. N’est-ce pas dépassé ? La finesse de son approche, didactique et profonde, m’a en fait fascinée. Dès lors, j’ai lu le documentaire sous l’angle des enjeux mondiaux tels qu’ils se jouaient avant la chute du communisme ; comme un récit historique, donc.

Le dialogue se compose de chapitres thématiques. Après quelques pages consacrées à la Deuxième guerre mondiale et son rôle aux côtés du Général Juin, Alexandre de Marenches passe rapidement sur les vingt années pendant lesquelles il sert De Gaulle dans des missions secrètes, avant d’aborder le fonctionnement du SDECE et son propre rôle au sein de cette organisation. Puis il explique à Christine Ockrent sa vision de la géopolitique sous son règne (Afrique avec zoom sur l’Angola, Afghanistan, Iran, Proche-Orient) et les grandes menaces qu’il voit peser sur le monde et le XXI° siècle qu’il ne lui sera pas permis de découvrir (il est décédé en 1995).

Si l’angle anticommuniste m’a fait sourire dans les premières pages, comme un fait d’histoire ancienne qui marquera le XX° siècle mais dont la menace est désormais écartée, au fil des pages, j’ai finalement compris l’importance de cette approche. En s’appuyant sur des faits (invasion de l’Afghanistan), les enjeux économiques (la guerre du pétrole), le fonctionnement du KGB et de ses antennes ou le rôle joué par quelques émissaires soviétiques (comme Kadhafi), il explique les rouages de la politique internationale, les menaces qui pèsent sur les « démocraties molles », l’importance fondamentale des appuis pour comprendre le monde. Alexandre de Marenches a été l’ami d’Hassan II, il a fréquenté Ronald Reagan, il a dîné avec d’innombrables hommes politiques et hommes de l’ombre et en a tiré une connaissance du monde stupéfiante.

Ce documentaire est à lire par les jeunes et les moins jeunes. La compréhension du monde contemporain passe nécessairement par la connaissance de celui d’hier.

=> Quelques mots sur l’auteur Alexandre de Marenches

=> Quelques mots sur la journaliste Christine Ockrent

Publicités

Profession du père

profession du pèreSorj Chalandon

Profession du père

Grasset, 2015

 

Emile a douze ans en avril 1961, au moment du putsch des généraux à Alger. Il est fils unique et habite à Lyon avec ses parents. Sa mère est une femme soumise et travailleuse. Son père est… et bien là est toute la question. En fonction des opportunités, il se présente comme chanteur, footballer, judoka ou pasteur. Mais son métier qu’il aime le plus mettre en avant auprès de son fils en lui imposant le secret le plus absolu, c’est celui d’espion. Et en tant que tel, il a un grand objectif : rétablir l’Algérie française et tuer le Général de Gaulle.

Sorj Chalandon offre dans ce roman un portrait glaçant d’une famille française de l’époque. Pas représentative, espérons-le. Le père, la main leste, règne en maître absolu sur ses proches. Son comportement oscille entre la violence extrême et la folie. L’enfant, terrorisé, tente pourtant tout ce qu’il peut pour plaire à ce papa qu’il admire et qu’il copie. Le couple est replié sur lui-même, sans amis, sans parents. Personne ne soupçonne la détresse du fils, pas même lorsque les murs du collège se couvrent de graffitis glorifiant l’OAS et ses rebelles.

A l’aide de phrases courtes et sans fioritures, Sorj Chalandon nous émeut jusqu’aux larmes. Peu de descriptions, ou alors juste celles qu’il faut pour placer les personnages dans leur contexte. Pourtant, tout y est, décor et ambiance, jusqu’à la poussière sur les meubles défraichis, le crissement de la craie sur le tableau noir, la folie du père et sa pâle imitation par le fils. Sobriété et précision. Rien que pour son style, ce roman est un régal.

Profession du père est le premier roman de Sorj Chalandon que je lis. Il n’est heureusement pas trop tard pour poursuivre ma découverte de son univers littéraire.

 

Un extrait. Le père commente le discours du Général de Gaulle le lendemain du putsch.

Le jour tombait. A chaque phrase du Général, il lui répondait en grondant.

« Leur entreprise ne peut conduire qu’à un désastre national. »

– C’est toi le désastre, connard !

« Au nom de la France, j’ordonne que tous les moyens, je dis tous les moyens, soient employés partout pour barrer la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire. »

– C’est toi qu’on va réduire ! Tu es mort, mon salaud !

Mon père s’est levé. « Partisans, ambitieux et fanatiques. » Il marchait dans le salon en faisant des gestes brusques. « L’aventure odieuse et stupide des insurgés. » Il se raclait la gorge, remontait son pantalon, claquait ses mules sur le parquet. « Le malheur qui plane sur la patrie. » Il ricanait.

– Non, mais tu l’entends, cette ordure ? Tu l’entends ?

Ma mère hochait la tête. Elle avait le visage des soirs de bulletins scolaires. Lorsque nous attendions mon père, encombrés de mes mauvaises notes.

=> Quelques mots sur l’auteur, Sorj CHALANDON

Gertrude Bell – Archéologue, aventurière, agent secret

Gertrude BellChristel Mouchard

Gertrude Bell – Archéologue, aventurière, agent secret

Tallandier, 2015

 

Tâche difficile que celle que s’est imposée Christel Mouchard, d’écrire la biographie de Gertrude Bell. Pour cela, il fallait se plonger dans la vie de l’aventurière et avoir une solide connaissance du Moyen-Orient d’hier de d’aujourd’hui.

Christel Mouchard semble toute désignée pour cette œuvre monumentale. Anciennement journaliste pour un magazine d’histoire, depuis une vingtaine d’années elle se consacre à l’exploration de la vie de grandes voyageuses. Synthétiser en 300 pages la vie et l’œuvre de Gertrude Bell n’est pas une chose aisée. Christel Mouchard y arrive, cependant, avec un certain talent.

Née en 1868, fille d’un richissime industriel britannique, rien ne destine Gertrude Bell à mener la vie hors du commun qu’elle a vécue. C’est son goût pour les études, son extrême intelligence et sa pugnacité qui va éloigner Gertrude du mariage et la faire fuir à l’étranger. En tant que touriste, pour commencer, à travers une vingtaine de pays. Mais elle ne reste jamais oisive. Apprenant au fur et à mesure les langues des pays qu’elle traverse, elle consacre ses journées à s’imprégner des cultures qu’elle fréquente et à épaissir son portefeuille de relations mondaines, politiques et scientifiques, sans se douter de l’impact qu’auront sur son destin ses capacités à organiser, accueillir, converser, fouiller et voyager en Moyen-Orient. Miss Bell se crée rapidement une telle réputation que dans chaque endroit qu’elle traverse, elle est surnommée la Reine du Désert, ou encore la Khatun. De Bagdad à Constantinople en passant par Bassorah et Jérusalem.

Christel Mouchard puise dans l’innombrable correspondance de Gertrude Bell pour raconter son histoire et celle du Moyen-Orient à l’époque de la fin de l’Empire Ottoman. Sa correspondance familiale, librement consultable sur internet, contient des analyses détaillées de ses aventures, ses découvertes archéologiques et des intrigues politiques dont elle a été un des rouages essentiels. Ils évoquent en revanche peu ses états d’âme, tant elle s’est protégée vis-à-vis de sa famille. Deux autres correspondances d’importance fondamentale sont consultables, dans les universités de Newcastle et Durham en Grande Bretagne. Celles-ci dévoilent d’autres parties de la personnalité de Gertrude Bell, pour reconstituer le puzzle dans sa globalité.

La biographie traîne en longueur à certains moments. J’ai été gênée par la construction artificielle du récit : un chapitre sur Bell en tant qu’exploratrice, un chapitre sur ses missions secrètes… Il est pourtant évident que toutes ces époques se croisent. Comprendre les différents épisodes sur lesquels s’est construite la réputation de la Khatun semble cependant indispensable pour comprendre le personnage. Car enfin, quelle Anglaise du XIX° siècle aurait pu devenir une des plus grandes expertes de l’Orient, précédant Lawrence d’Arabie de quelques années, sans avoir voyagé, fouillé, négocié, bravé les interdits comme elle a su le faire ? La scène suivante caricaturée par son beau-frère pourrait-elle avoir lieu aujourd’hui ? « Le dessin […] représente une femme accroupie sur un tapis, de dos, coiffée d’un casque colonial, sa jupe ample arrangée en corolle autour de ses hanches. Elle agite les mains manifestement pour accompagner une explication éloquente qu’écoutent avec une attention soutenue des hommes assemblés en demi-cercle dont la nationalité est aisément reconnaissable à leur costume : un Turc, un Africain, un Chinois, un Arabe, un Grec, un Russe. »

Gertrude Bell avait deviné les déchirements du Moyen-Orient que nous observons impuissants aujourd’hui. Une manière pour nous d’en tenter une approche est de lire Gertrude Bell – Archéologue, aventurière, agent secret.

=> Quelques mots sur l’auteur Christel MOUCHARD