Glaise

Franck BOUYSSE

Glaise

La Manufacture des Livres – 2017

 

Voici le deuxième roman de Franck Bouysse que je lis, après Plateau (La Manufacture des Livres, 2016). Même éditeur, même atmosphère de la campagne reculée. Epoque différente, en revanche.

Dans Glaise, Franck Bouysse quitte le polar pour écrire un roman noir. Sur fond de Première Guerre mondiale, il met en scène un village dans le Cantal. Que dis-je, un village… Un hameau, deux ou trois fermes tout au plus, pas suffisamment éloignées du centre du village pour que la factrice ne puisse monter à pied et remettre aux habitants les missives annonciatrices de mauvaise nouvelle. Les femmes, les vieillards et les enfants / adolescents restent seuls dans les fermes pour s’occuper de survivre. C’est difficile. Ça l’est encore plus lorsque des parentes débarquent de la ville avec l’intention de s’installer, faute de pouvoir survivre seules. Elles ne sont pas paysannes, elles ne savent donc rien faire. Elles ne sont pas bienvenues, mais comment refuser ? Surtout si la fille est jeune et jolie.

L’ombre de la guerre flotte sur le roman, menaçante. Elle frappe les vivants au hasard, engendre souffrance et deuil chez des hommes et des femmes déjà meurtris par la vie. La dureté du quotidien n’a pas de limite. Toute trace de beauté dans ce monde sinistre fait tâche. L’amour ? L’émerveillement, l’ouverture au monde des adolescents ? Aucune marque d’émerveillement n’a droit de séjour. Franck Bouysse se plait à créer de l’insécurité dans les rares moments qui permettraient aux uns ou aux autres de souffler un peu. C’est un monde impitoyable qu’il décrit.

Je ne peux pourtant pas dire que j’ai été envoutée par ce roman. Le style de Franck Bouysse est aussi sobre et emprunté que dans Plateau. S’il est adapté au désespoir et à la lenteur du temps, il me semble manquer de flamboyance pour décrire la découverte de l’amour que se porte les jeunes héros. J’ai essayé, pendant ma lecture, de me mettre à la place des deux adolescents, de leur soif de beauté et de chair dans le monde brutal auquel ils sont confrontés. Tant que la haine ne s’immisce pas entre eux, n’est-ce pas de rêves et d’émerveillements que leurs yeux doivent être imprégnés ? Ce n’est pas ce que j’ai ressenti à travers ces pages. Il me manquait la chaleur dans leurs étreintes.

Il n’empêche que Franck Bouysse sait décrire des atmosphères rurales. Il est rare de lire sur le monde des taiseux et des solitaires. C’est tout à l’honneur de Monsieur Bouysse de les mettre en valeur.

=> Quelques mots sur l’auteur, Franck Bouysse

Publicités

Le garçon

marcus-malteMarcus MALTE

Le garçon

Zulma – 2016

 

Le garçon a quatorze ans au début de l’histoire. On ne sait rien de sa naissance, ni de son histoire jusque-là. On le suit à travers les bois, portant sa mère sur son dos. Dernier voyage à la mer, ultime requête avant de mourir. Une fois seul, il met le feu à leur cabane délabrée et part découvrir le monde. On est en 1908.

Vierge de tout contact avec la civilisation, l’enfant puis l’adulte découvrira la ruralité, les villes et l’horreur de la guerre, les yeux arrondis par la curiosité et le flair en alerte. Le garçon ne comprend pas tout mais il observe et s’humanise peu à peu. Mais malgré sa transformation, la bête sauvage restera tapie en lui jusqu’à son dernier souffle.

Le garçon, c’est une monumentale fresque sociale sur la première moitié du vingtième siècle. Marcus Malte analyse notre civilisation à travers le prisme primitif du garçon. Si cet être tenant de l’Enfant sauvage de François Truffaut s’apprivoise petit à petit, ses alliés les plus sûrs sont les odeurs, ses pulsations cardiaques et la chaleur des mots que lui confient ceux qui comprennent le monde. Les dénonciations de la misère humaine et de la barbarie sont celles de l’auteur lui-même.

Indicible bonheur de lecture ! Marcus Malte manie la langue française avec une aisance qui tient du brio. Aucune difficulté ne semble avoir surgi sous sa plume. Pourtant, il a relevé un défi immense : décrire la complexité des relations sociales avec les yeux de l’innocence. Amour, mort, dénuement, opulence, cruauté, farce et j’en passe, la plupart des facettes des rapports humains sont évoqués dans ce roman, sans aucune baisse de rythme ou de qualité. Les scènes amoureuses, d’une rare intensité animale et épistolaire, sont parmi les plus belles qu’il m’est arrivé de lire. L’épopée macabre des batailles de Champagne de 1914 et 1915 sont stupéfiantes de réalisme et de cruauté ; elles m’ont fait penser aux envolées imagées d’Alexis Jenni dans L’art français de la guerre (Gallimard, 2011). Pince sans rire, Marcus Malte allège le poids de ses messages grâce au ton décalé qu’il adopte. Ainsi sont traités la misère humaine, l’absurdité des religions, la barbarie ou le mépris souverain des élites. Il aborde en revanche la culture et l’amour avec emphase et ce sont les pages les plus brillantes, les plus éblouissantes du roman.

Emmanuel Kant a dit « La musique est la langue des émotions ». Marcus Malte vient de prouver que l’écriture en est un concurrent très sérieux. A lire absolument.

Le garçon a reçu le Prix Femina 2016.

C’est que leur univers est en expansion. Et avec lui ils grandissent. Ils évoluent. Ils changent. Dans l’immense marmite qui boue, dans la recette mystérieuse, dans la nébuleuse potion qui conduit à la transe, ils jettent de nouveaux ingrédients. Avec le temps, leur candeur s’évapore. Se sublime. Le goût s’aiguise. L’imagination se décante. Aux douleurs sucrées du début succède le feu des épices. Ils saupoudrent. Ils varient. Alternant les bons vieux plats populaires et rustiques (ceux qui bourrent, ceux qui calent). Avec les raffinements d’une cuisine de gourmet. Tradition et gastronomie. La carte s’étoffe, et pour clore la métaphore culinaire, disons qu’ils sont capables au bout de quelques mois de proposer, aux estomacs les plus solides comme aux papilles les plus exigeantes, un menu complet : de la mise en bouche au pousse-café en passant par les entremets et le trou normand – ah ! le trou normand !

=> Quelques mots sur l’auteur Marcus Malte

=> Autre avis sur Le garçon : Mes belles lectures