Les mots en chemin – 23 novembre 2019

Voici longtemps que je n’ai pas fait de bilan de salon ou de journée de dédicaces. Plus envie ? Pas eu le temps, plutôt, car vous savez comme j’aime cet exercice de rencontres avec l’humain, et les échanges qui en résultent.

Mais l’après-midi d’hier était tellement sympathique, tellement chaleureuse, que j’ai envie de le prendre, ce temps. Ca me démange fortement de vous raconter Les mots en chemin.

L’après-midi du 23 novembre a commencé il y a des mois de cela, par un mail d’invitation. Saint-Martin-Lestra, tous les ans en alternance avec Saint-Barthélémy-Lestra, organise une manifestation littéraire autour d’auteurs régionaux.

Vous ne savez pas où se trouve Saint-Martin-Lestra ? C’est un adorable village des Monts du Lyonnais, dans la Loire, à 65 kilomètres de Lyon.

L’animation a une règle du jeu : chaque auteur.e doit donner trois pages de son dernier roman. Dans une page, il.elle repère un mot pour enfant, dans les deux autres pages, un mot pour adulte. Ces mots sont placés dans une grille de mots croisés enfant ou adulte, et les visiteurs sont invités à retrouver ces mots à travers la définition + la grille + la lecture des pages affichées dans différentes salles municipales de Saint-Martin-Lestra.

Au fait, dans L’âme sœur, j’ai choisi Fraise / Blouses / Accolade => à vous de trouver les pages correspondantes !

Le rendez-vous était sur la place de l’Eglise. J’ai une amie très chère dont la maman, une formidable lectrice de près de 90 ans, habite à cinq minutes de là. Mon amie m’invite à un déjeuner familial dans le restaurant qui jouxte l’église. Elle me conforte tranquillement en fin de repas : prenons le temps du café, le rendez-vous est à 14h30.

A 14h30 donc, nous sortons du restaurant. Il n’y a personne sur la place de l’église, mais Dominique Novat, l’organisateur, nous a vus et nous rejoint en courant, manifestement soulagé de notre arrivée. Il désespérait de ma présence, tout le monde m’attendait pour commencer la manifestation, le rendez-vous était en réalité à 14h00… Bien ! Nous rions, l’accueil est tellement chaleureux que je pense même que personne ne nous en veut. Je m’installe, un rapide bonjour à mon voisin de gauche Fred, à mon voisin de droite Yves, j’ai tout juste le temps de me retourner pour saluer Mireille et le jeu démarre.

Nous sommes dix auteurs. Les organisateurs nous guident dans trois salles différentes où nos textes sont exposés. L’animation aurait dû avoir lieu en extérieur, sur le chemin emprunté par Montaigne il y a près de 500 ans de cela, mais la météo en a décidé autrement. La mairie a gentiment ouvert ses portes, il nous sera donc épargné d’accueillir les visiteurs sous la pluie battante.

Trouver les salles, pour tous les visiteurs, est en soi un sympathique exercice d’observation : un habitant du village, dessinateur à ses heures perdues, a créé l’effigie de la journée ; elle sert de fléchage.

Fred et moi suivons Johny dans une petite salle à deux pas de l’église. Nous avons pour mission d’y accueillir le public, l’aider à trouver les mots, si nécessaire, et surtout échanger avec lui à propos de nos ouvrages respectifs.

C’est exquis.

 

Il y a le groupe de quatre qui a déjà trouvé les mots à partir des définitions et qui ne lit les extraits affichés que pour vérifier qu’il ne s’est pas trompé.
Il y a celle qui lit tous les textes avec attention, même ceux pour enfants, par simple envie de découvrir l’univers des auteurs présents.
Il y a ceux, nombreux, qui s’arrêtent discuter avec les auteurs, car les pages affichées suscitent leur curiosité.
Il y a les grands-mères qui accompagnent les enfants tout juste alphabétisés, les groupes de jeunes qui profitent de cette animation pour leur sortie collective, les couples d’amoureux qui se penchent ensemble sur chaque texte, trouvent ou ne trouvent pas les mots, c’est selon.
Il y a celle qui me montre ses mots pour savoir si elle ne s’est pas trompée, et me fait découvrir qu’à une des définitions proposées par l’équipe des Mots en chemin correspondent deux mots dans la page et la grille de mots croisés. Du coup, je monte le niveau du jeu pour les visiteurs suivants et leur propose de trouver les deux mots, tant qu’à faire !

Au bout d’une heure et demie, le rappel est sonné. Nous nous retrouvons tous dans la salle où nous avions été accueillis. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Le village s’est préparé à l’après-midi et un buffet rempli de gâteaux faits maison et de carafes attend les visiteurs. Le tout offert sans contrepartie aucune, avec le sourire en plus et dans la joie.

Une chorale est attendue. Malgré un spectacle donné à Saint-Etienne vendredi soir, ils signent présent pour agrémenter la fin d’après-midi de chants exquis. Chants de troisième mi-temps, me souffle Florence, l’institutrice et cheffe de chœur. Mais quels chants ! Chants du monde, chorégraphiés, accompagnés à la guitare, au djembé ou à l’accordéon. Adultes, enfants, tout le monde participe, même le public et les auteurs ! C’est vivant, l’ambiance est chaleureuse, la convivialité est totale.

Je n’ai qu’un dernier mot à dire : un immense merci aux organisateurs. Bravo pour votre investissement. On ne pourra pas dire que les villages s’enfoncent dans la nuit pluvieuse de la fin de novembre en se laissant abattre par la dépression météorologique ! Pas Saint-Martin-Lestra, en tout cas. Je reviendrai !